• Accueil
  • > Espace Per Medjat
  • > “LA PASSION D’OSIRIS D’APRES LES TEXTES DES PYRAMIDES-ESSAI DE RECONSTITUTION DES ETAPES DU PREMIER DRAME COSMIQUE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITE“. REPONSES AUX QUESTIONS DES CHERCHEURS

“LA PASSION D’OSIRIS D’APRES LES TEXTES DES PYRAMIDES-ESSAI DE RECONSTITUTION DES ETAPES DU PREMIER DRAME COSMIQUE DE L’HISTOIRE DE L’HUMANITE“. REPONSES AUX QUESTIONS DES CHERCHEURS

23 03 2016

LA PASSION D’OSIRIS DANS LES TEXTES DES PYRAMIDES

Suite à mon exposé  le du 20 décembre 2015 à Paris sur le thème “La Passion d’Osiris d’après les Textes des Pyramides : Essai de reconstitution des étapes du premier drame cosmique de l’histoire de l’humanité“   lors du séminaire de recherche fondamentale de l’Université Panafricaine des Savoirs intitulé : “Les emprunts des religions abrahamiques dites révélées à la tradition Monothéiste Négro-Egyptienne dans l’Antiquité“, une série de questions m’ont été posées par les chercheurs présents à cette agape du savoir afin d’approfondir leurs quêtes et leurs réflexions.

Per Ankh en Kemet3 - Copie

Voici mes réponses à leurs questions, en espérant qu’elles puissent édifier tous les lecteurs de ce site (http://sematawy.unblog.fr) et d’autres sites (ex:  http://africanhistory-histoireafricaine.com) et enrichir le débat.

 

Saousire Segui, Historien des religions et Coordinateur du Centre Panafricain d’Etudes Religieuses et Théologiques de l’Université Panafricaine des Savoirs.

1928706_51269196490_4579_n

 

 

1-QUELLE EST LA DIFFERENCE ENTRE VOTRE INTERPRETATION DE LA « PASSION D’OSIRIS » D’APRES LES « TEXTES DES PYRAMIDES » ET « ISIS ET OSIRIS » DE PLUTARQUE ET CELLE DU FRERE DIBOMBARI MBOCK QUI PARLE DU DIEU « OSIRIS CRUCIFIE » ?

guide_pratique_de_l_egypte_pyramide - Copie

 

La différence entre notre interprétation de la passion d’Osiris  et celle du frère Dibombari Mbock est simple. Mon interprétation de la passion d’Osiris s’appuie sur les Textes des Pyramides et Isis et Osiris de Plutarque, qui sont les deux références majeures pour connaitre réellement la passion d’Osiris. Dans ces références il n’est écrit nulle part qu’Osiris a été crucifié. Autrement dit ces textes ne disent pas qu’Osiris a été crucifié. Puisque ces textes ne parlent pas d’Osiris crucifié, nous pouvons donc conclure que l’interprétation du frère Dibombari Mbock  qui parle de crucifixion d’Osiris n’est pas exacte et ne s’appuie pas sur les références en la matière.

 

 

2-VOUS AVEZ SOUTENU AU COURS DE VOTRE EXPOSE QUE D’APRES LA VERSION DE PLUTARQUE, OSIRIS A ETE NOYE PAR SETH DANS LE FLEUVE NIL. POUVEZ-VOUS REPRODUIRE L’EXTRAIT DU PASSAGE DE PLUTARQUE QUI FAIT ETAT DE LA NOYADE D’OSIRIS ?

Présentation1 - Copie

Voici l’extrait de Plutarque dans son livre Isis et Osiris ou il est fait état de la noyade d’Osiris : « Osiris y entra à son tour, et s’y étendit. A l’instant tous ceux qui étaient là s’élancèrent, et fermèrent précipitamment le couvercle. Les uns l’assujettissent au dehors par des clous, les autres le scellent avec du plomb fondu. On le porte ensuite au fleuve, et on le fait descendre jusque dans la mer par l’embouchure Tanaïtique, laquelle, à cause de cela, est exécrée encore aujourd’hui des Égyptiens et appelée Maudite ».

 

3-LA DEFINITION QUE VOUS DONNEZ DU NOM OUSIRE (OSIRIS) NE CORRESPOND PAS A CELLE FOURNIE SUR LA VIDEO DU FRERE DIENE THIAO. LE NOM « OSIRIS » A-T-IL UNE SEULE OU PLUSIEURS SIGNIFICATIONS ?

1149055_194153254088811_1766863737_n

Notre définition du nom d’Osiris s’appuie sur les hiéroglyphes. Et le nom d’Osiris c’est-à-dire Ousiré ou Wosiré tel qu’il est écrit avec les hiéroglyphes se traduit par : « l’Ancêtre puissant qui veille sur le trône divin » Mais ce nom renferme effectivement plusieurs significations ou plusieurs idées qui en découlent, du fait de l’histoire d’Osiris, de ses initiations, de ses fonctions et de son statut. Ainsi notre définition n’est pas en opposition à celle du frère Diene Thiao, mais est plutôt complémentaire à celle de ce frère.

 

4-D’APRES VOUS, L’HISTORICITE DE JESUS DE NAZARETH A-T-ELLE ETE PROUVEE PAR LA RECHERCHE HISTORIQUE DEPUIS L’ANTIQUITE ?

7

La recherche historique n’a jamais pu prouver de quelque manière que ce soit l’historicité réelle d’un personnage s’appelant Jésus de Nazareth ou encore Jésus-Christ, car : 

 

-Sa date de naissance (25 décembre de l’an 0, ou de l’an -6 ou -7 ?) n’est pas certaine.

 

-La recherche historique n’a jamais rien trouvé sur sa famille car les preuves de l’existence de sa mère Marie, et de son père adoptif n’ont jamais été trouvées.

 

-Sur son enfance jusqu’à l’âge adulte, la recherche historique n’a rien trouvé de sûr. Et même les évangiles canoniques ne disent rien de ce qui s’est passé pendant 18 ans de sa vie, entre l’âge de 12 ans et l’âge ou il est censé avoir commencé à prêcher ,30 ans.

 

-Sur le plan historique, aucun document ne permet de connaitre les circonstances et les conditions de sa mort. Ainsi il n’y a rien de certain sur sa mort, ni  sur la forme de la croix sur laquelle il a coutume d’être représenté crucifié. En effet, puisqu’il y a plusieurs formes de croix (croix en X, croix en forme de T, etc.…), Ça signifie qu’on ne sait pas si la croix sur laquelle on a l’habitude de le représenter mort (croix en forme de T) est la vraie forme de la croix. Et même les évangiles ne donnent aucune information permettant d’identifier la forme de la croix.

 

-Sur le plan historique, il n’y a rien de certain sur sa résurrection, et même les textes des évangiles canoniques ne disent pas comment il est ressuscité. Tout ce que les textes de ces évangiles disent c’est que le troisième jour ou le premier jour de la semaine (sans qu’on sache lequel exactement), ses adeptes ont retrouvé un tombeau vide.

 

 Bref, au plan historique on ne sait rien de sur le concernant. Voilà pourquoi malgré de multiples documentaires livres, et parutions présentées au grand public au sujet de la figure messianique de  Jésus,  la plupart des scientifiques et des chercheurs  pensent (étant donné qu’il est difficile de prouver son existence historique), qu’il est fort probable qu’un personnage juif du nom de Jésus de Nazareth n’ait jamais existé.

 

 

5-QUE SYMBOLISENT LA CROIX EGYPTIENNE ( cf « CROIX-ANKH » ) ET LA CROIX CHRETIENNE ?

 

La croix égyptienne  Ankh (Ankha, Anga, Onga,etc..) symbolise globalement la vie. Elle symbolise aussi l’être humain plein de cette vie. L’anse en haut représente la tête, la partie horizontale représente les bras et la partie verticale représente le tronc et les membres.

ankh.jpg

La croix chrétienne est par contre un instrument de crucifixion, de torture, de souffrance et de mort, puisque la croix chrétienne est à l’origine un objet qui sert à supplicier, torturer, à faire souffrir et à tuer.

article-1376107-009FF1371000044C-789_634x440

6-AU COURS DE VOTRE EXPOSE, VOUS AVIEZ SOUTENU QUE LES PERSONNAGES DE JESUS ET D’ISSA SONT DEUX PERSONNAGES DIFFERENTS.QUELLES SONT LES PREUVES SUR LESQUELLES VOUS VOUS APPUYEZ POUR FAIRE UNE TELLE AFFIRMATION ?

Issa Jesus

Avant toute chose il convient d’abord de rappeler les préliminaires que voici :

 

Les récits et documents sur l’histoire d’Issa nous sont fournis par les textes et documents authentiques de la tradition copte.

1copticcross

En d’autres termes, les documents authentiques de la tradition copte dont certains sont connus officiellement sous les noms “d’évangiles“ de Thomas, de Marie de Valentin par exemple, parlent en réalité d’Issa et ne parlent pas de Jésus. Rappelons que le terme « copte » signifie étymologiquement égyptien autochtone. Le terme « copte » est donc un néologisme servant à designer le peuple autochtone de la civilisation pharaonique. Or depuis le Colloque scientifique  International d’Egyptologie du Caire organisé par l’UNESCO en 1974, la science a montré que ce peuple égyptien autochtone  appartient culturellement, linguistiquement et anthropologiquement au monde négro-africain.

 

Puisque le terme « copte » renvoie à l’origine aux égyptiens autochtones, on comprend donc que les premiers coptes, égyptiens de la période du déclin de la civilisation pharaonique (basse époque), étaient noirs comme leurs ancêtres et que c’est suite aux invasions de l’Egypte par les peuples à peau claire au fil du temps (Perses, Grecs, Romains, jusqu’aux Arabes etc…) dans cette civilisation pharaonique déclinante que ces peuples noirs se sont métissés pour finalement donner les coptes d’aujourd’hui. C’est cela qui explique que les coptes considérés comme descendants de l’antique peuple nègre de l’époque pharaonique.

 

Les textes et documents coptes sont antérieurs de plusieurs siècles  aux textes et documents du Christianisme (religion née au 4 ème siècle de l’ère actuelle). Les récits sur l’histoire de Jésus nous sont relatés par les évangiles de la tradition biblique chrétienne. En étudiant les documents de la tradition copte et les documents des évangiles chrétiens postérieurs, on comprend qu’Issa et Jésus sont deux personnages différents. En voici quelques exemples tirés des documents coptes et des documents chrétiens:

 

-Issa n’est pas juif, mais égyptien (copte), or Yehoshuah (Jésus) est Juif galiléen, né a Bethleem et originaire de Nazareth (d’où le nom Jésus de Nazareth).

 

-Issa n’est pas né et n’a pas vécu à la même époque que Yehoshuah, puisqu’il a vécu plusieurs siècles avant le début de l’ère actuelle, début de l’ère supposée de la naissance de Jésus de Nazareth,

 

-Issa est un prêtre, initié du grade de Veilleur des Mystères (Kher Sesheta), un maitre d’initiation,  et non un messie. Or Jésus de Nazareth est  présenté comme messie  oint (d’où son titre de Christ) d’âpres la version officielle, mais aucun texte et document de la tradition chrétienne ne montre qu’il a reçu le rite de l’onction, de même aucun document de la tradition chrétienne ne dit qu’il a été initié.

 

Issa n’est pas mort sur une croix. Alors que Jésus est mort sur une croix.

 

L’existence d’Issa est bel et bien attestée par la science et la recherche. L’existence de Jésus quant à elle, n’est pas attestée.

 

Ces quelques faits non exhaustifs exposés sont des indices qui permettent de comprendre qu’Issa et Jésus sont deux personnages différents.

 

 

 

 

7-A PLUSIEURS REPRISES, VOUS AVIEZ AFFIRME QUE LES « PREMIERS CHRETIENS » QUI NE SE RECLAMAIENT PAS DU « CHRISTIANISME » VENERAIENT LA DEESSE ISIS. QUI ETAIENT PRECISEMENT CES « PREMIERS CHRETIENS » ET SURTOUT QU’EST- CE -QUI PROUVE CONCRETEMENT QU’ILS ETAIENT LES ADEPTES DU CULTE ISIAQUE ?

3022437396_fbb7402b3a

La recherche historique montre que le Christianisme, c’est-à-dire la religion chrétienne, est née officiellement comme religion au quatrième siècle de l’ère actuelle dans l’empire romain sous l’impulsion de l’empereur romain Constantin. Cela signifie qu’avant le quatrième siècle, le Christianisme n’existait pas véritablement. Or si avant le 4eme siècle le Christianisme n’existait pas, ça signifie donc qu’avant le 4 ème siècle il n’y avait pas vraiment de chrétiens en réalité. Ça signifie aussi que les personnes qu’on appelle officiellement premiers chrétiens (et qui existaient avant le quatrième siècle de l’ère actuelle), ne se donnaient pas à eux-mêmes le nom de chrétiens puisque le Christianisme n’existait pas encore à leur époque.

Ces personnes qui sont qualifiés officiellement de « premiers chrétiens », sur le plan historique et scientifique,  ne venaient pas de Palestine et n’étaient pas juifs (comme l’enseigne le Christianisme), mais venaient de l’Egypte et de la vallée du Nil et étaient les ancêtres de ceux qu’on appelle aujourd’hui les coptes. Les données historiques montrent ensuite que la spiritualité la plus répandue à cette époque (dite des « premiers chrétiens ») était le culte d’Isis dont la pratique et la popularité sont partis de la vallée du Nil et se sont répandus jusqu’en Europe en passant par des régions comme la Palestine. Puisque ces personnes qui sont appelées officiellement « premiers chrétiens » sont parties de la vallée Nil à une époque où le culte d’Isis était le culte le plus populaire en Egypte même et dans le monde, il est donc sûr et certain que ces personnes (« premiers chrétiens ») étaient des adeptes du culte d’Isis. Mais ce qui renforce encore plus cette analyse, c’est que les recherches historiques montrent que la plupart des rites du Christianisme né au 4eme siècle (baptême, communion, etc..) sont très ressemblants et similaires aux rites du culte d’Isis qui existaient plusieurs siècles avant le 4eme siècle de l’ère actuelle, comme le démontre scientifiquement le grand Savant copte Sarwat Anis Al Assiouty dans son ouvrage intitulé : Origines Egyptiennes du Christianisme et de l’Islam.

416VTD72VSL._SX343_BO1,204,203,200_

8-LES COPTES ACTUELS FONT REMONTER LEUR RELIGION L’EVANGELISATION DE SAINT MARC. QUE PENSEZ-VOUS DE CETTE TRADITION QUI EXPLIQUERAIT L’EMERGENCE DE LA CHRETIENTE COPTE D’EGYPTE ?

eglisecopteorthodoxe002.jpg

La tradition de l’évangélisation de Saint Marc est une tradition officielle et populaire . Mais cette tradition est fausse tout simplement, car il n’existe aucune trace authentique d’un personnage dénommé Saint Marc en Egypte et il  n’existe aucun document historique authentique qui permet de prouver que Saint Marc ait été en Egypte pour répandre un quelconque évangile.

 

9-QUEL EST LE LIEN ENTRE LES STATUETTES D’ISIS ET CELLES DES « VIERGES NOIRES » DES SANCTUAIRES MARIAUX D’EUROPE ?

 

Il faut savoir que des millénaires avant les vierges noires, Aseta (Isis) tenait déjà son enfant entre ses mains et était considérée dans la civilisation pharaonique comme la reine  et la vierge qui a mis au monde le divin enfant roi Horo  ou Heru (Horus) sans rapport sexuel  grâce l’intervention divine.

biblianazar60_01

Il faut savoir aussi que la recherche historique montre que le nom Marie, est un dérivé du terme pharaonique Meri ou Mari qui signifie aimer. Or les textes pharaoniques montrent que Isis était aussi appelée Mari ou Meri, c’est-à-dire celle qui est aimée.

 

Ainsi depuis des millénaires Isis tenant son enfant Horus dans les bras était déjà la vierge aimée, c’est-à-dire la Vierge Marie.

 

Un des titres d’Isis est Aset Kemet Neferet, c’est-à-dire la femme noire et belle ou l’épouse noire et belle. La recherche historique montre que le culte de cette belle femme noire vierge tenant son enfant s’est répandu largement jusqu’en Europe et que les plus anciennes statues et représentations de la Vierge Marie et de son enfant en Europe étaient toutes noires. Ainsi, toutes les caractéristiques des vierges noires et de la vierge Marie en général mènent tout droit vers Isis.

La-Vierge-noire-ici-Notre-Dame-du-Puy-en-Velay-portée-en-procession-en-Europe-plus-précisément-en-France.

10-POUVEZ-VOUS REVENIR SUR LES POINTS DE CONVERGENCES ET LES POINTS DE DIVERGENCES ENTRE LA « PASSION D’OSIRIS » ET LA « PASSION DU CHRIST » ?

osiris et jesus - Copie

L’histoire d’Osiris et de sa passion  nous vient des textes des pyramides et est ensuite reprise par le texte Isis et Osiris du Grec Plutarque. L’histoire de Jésus nous vient des textes des évangiles bibliques.

 

Que nous montrent ces histoires ?

 

 

Ces histoires nous montrent  que Osiris et Jésus  sont présentés comme des êtres qui font du bien, qui sont victimes de complot, souffrent, qui meurent et qui ressuscitent, qui montent au ciel et président à la destinée de l’humanité dans l’au-delà. C’est le point de convergence de ces histoires. C’est aussi ce point qui poussent de nombreuses personnes à faire des confusions volontaires ou involontaires entre Osiris et Jésus

 

 

Mais les divergences entre la passion d’Osiris et la passion du Christ sont nombreuses. Voici un panorama non exhaustif de ces divergences :

 

 -Il y a une différence d’au moins 3000 ans entre l’histoire d’Osiris  celle du Christ. En effet, l’histoire de la Passion d’Osiris a précédé de 3000 ans l’histoire de la Passion du Christ.

 

 

-L’histoire  d’Osiris est un drame familial entre Osiris et son frère Seth alors que l’histoire de Jésus  est un conflit de lutte de classes sur fond de politique (idée de royauté) et de spiritualité (Messie, fils divin, etc…)

 

-Osiris est un roi et a une épouse (Isis), contrairement au personnage de Jésus qui n’est pas un roi, n’a pas d’épouse connue ou officielle, mais est un prêcheur faiseur de miracles suivi par des disciples

 

-Osiris est le fils ainé d’une famille, mais n’est pas fils unique et n’est né d’une vierge et d’une immaculée conception, contrairement au personnage de Jésus qui est censé être fils unique et né d’une vierge et d’une immaculée conception.

 

-La raison du meurtre d’Osiris est la jalousie et la stérilité de son frère Seth alors que la raison du meurtre de Jésus est un conflit entre ce personnage de Jésus  et les autorités de son époque qui complotent en utilisant un de ses disciples (Judas) pour le capturer et l’éliminer physiquement

 

-Osiris n’est pas crucifié, mais est tué en étant agressé et en étant jeté dans le Nil ou il se noie et meurt, alors que Jésus est agressé, fouetté et  tué en étant crucifié (supplice de la croix). Le corps d’Osiris est ensuite découpé en morceaux par  Seth, ce qui n’est pas le cas pour le personnage de Jésus.

 

-Osiris subit un certain nombre de rites funéraires (rassemblement des morceaux de son corps, momification, etc..) qui finalement lui permettent de ressusciter et d’accéder à l’au-delà. Ceci permet de savoir comment Osiris a pu ressusciter.  Mais ce n’est pas le cas pour le personnage de Jésus, car Jésus ne subit pas vraiment de rites funéraires après sa mort, mais son corps est simplement enveloppé dans un linceul et déposé dans une tombe sans aucun rite. Puis après il ressuscite dans qu’on ne sache comment puisque son tombeau est vide.

 

-L’histoire d’Osiris n’est pas celle d’un messie attendu ou annoncé par des prophéties, contrairement à l’histoire de Jésus qui est censée être celle d’un messie annoncé par des prophéties.

 

Osiris a un fils après sa mort, l’enfant Horus alors que Jésus n’en a aucun après sa mort.

 

Tous ces indices non exhaustifs montrent que même si on a l’impression qu’il y a des similitudes dans les histoires, notamment du point de vue de la vie, de la mort et de la résurrection, force est de constater que la Passion d’Osiris est différente de la Passion du Christ.

10615547_632303580201013_7160627072228988985_n

 

Bibliographie

 

 

Textes des Pyramides

 

Formules efficaces pour la Fusion du Défunt justifié dans la Lumière Divine (appelé communément “Livre des Morts“ des anciens Egyptiens)

 

Cheikh Anta Diop, Civilisation ou Barbarie

 

Sarwat Anis Al Assiouty, Origines Egyptiennes du Christianisme et de l’Islam, Résultats d’un

siècle et demi d’archéologie

 

Plutarque, Isis et Osiris

 

Apulée, l’Ane d’Or ou les Métamorphoses


Actions

Informations



Laisser un commentaire




sur les traces du pandou |
Ressources Humaines Mechoua... |
benjaminblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | delunepierre
| موقع...
| mes-animaux-cheries